les trajets de BabaLe Ried ou le grand jonc de bas d'Ill 

l'Ill*Wald 

dans le Grand Ried 


l'Ill*Wald (Illwald) biotope grâce aux prairies alluviales du Ried

retour page d'accueil 

sols forestier d'Ill*Wald (2)

les trajets de Baba

Se soient... selon vos narrations:  

(liens texte: A-Z)

l'aulne noir:

ce pionnier de terre est distribué féminin: des fées jusqu'aux fantômes de marécage depuis le temps préhistorique 

août - juillet :

la découverte des courlieus typiques de jonc dans le son "tlo-iht".

en canoë :

sorties en randonnées nature sur l'Ill et le Giessen

au fil de l'eau d'une nature sauvage et préservée qui compte de nombreux oiseaux et autres espèces comme le castor, le lièvre, le chevreuil, le daim... Parcours: Illhaeusern - Sélestat avec CAKCIS - Club Canoë Kayak de Sélestat du juin au septembre 

le cornouiller sanguin :

artiste au théâtre de variétés de toute l'année 

le Courlis cendré :

dans le Grand Rieddans le Grand Ried 

 l'oieseau emblèmatique du Ried

(Numenius arquata)

menacés de disparition : la sorte de corneilles et le plus grand échassier dans les marais par avis de recherche !

Donnerloecher:

sources phréatiques qui résultent de l'émergence de la nappe phréatique traversant une couche d'argile

le massif de la forêt de l'Illwald :

 est intéressant pour l'avifaune forestière, on y rencontre près de 42 espèces nicheuses, pour un total de 54 espèces recensées en toutes saisons.

le frêne :

le "super-trooper" du bois de prairie respecté depuis longtemps livre le bois épais de sport élastique pour les skis, meubles et agrès.

le hêtre de bocage :

cette sorte de noisetier peut devenir 150 ans, si elle n'est pas battue au bois de cheminée !

le bas d'Ill :

les rivières de Jura et des Vosges créaient le jonc et le marais.

l'Ill :

le fleuve sundgauvien prend les eaux arrivant de Haute-Alsace et le Giessen, celles qui descendent de la vallée de Villé, pour sa décrue périodique, en traversant l'Ill*Wald par Guémar du Sud en bordant le près de Haymatt jusqu'à centre ville de Sélestat. 

 l'Ill*Wald : 

c'est 1500 hectares réserve naturelle à zone inondation en bas d'Ill dans le Grand Ried - La Réserve Naturelle Volontaire du Ried de Sélestat est un grand ensemble qui abrite de nombreuses espèces d'oiseaux, de mammifères (daims,…), d'insectes, de batraciens, mais aussi une grande variété d'arbres, d'arbustes et de plantes à fleurs. 

les inondations :

après les pluies fortes le Giessen et l'Ill en Centre Alsace débordent régulièrement dans les ruisseaux de la vallée. Les routes concernées RD 321, RD210 + RD 97.

les ormes :

malgré son écorce d'un teneur tannin élevé, c'est lui-même qui succombant à un envahissement de champignon détruisant.

le monde d'oiseau : 

du reptile au ptérosaurien - les crocodiles sont même considérés comme leurs ancêtres.

le peuplier :

pionniers très rapide poussant après-glacières dont l'écorce préparée les Indiens mangeaient comme les réserves de nécessité.

pionnier du bois de prairie:

l'aune noir : la fée du temps primitif combat contre l'infécondité terre avec ses champignons de racines et tenons de miracle nageant depuis la période glaciaire.

les prés :

de jonc sont prés alluviaux, ils vous proposent des excursions fleurissant jusqu'aux 1,5 m de haut 

le rat musqué:

ce végétarien un peu maladroit est  notre plus grand campagnol. Il construit des châteaux forts entourés d'eau de l'herbe et du jonc après les visions de Jules Verne'. Il ne faut pas le confondre avec le ragondin plus gros.

   le rat musqué et ses constructions aux digues et aux berges (photo: suivez le lien) (Ondatra zibethicus) le rat musqué

 

 

roselière des Rohrmatten:

laquelle j'appelle 'la Camargue du Ried' située à l'Ouest de Sélestat comme plan d'eau entouré de roseaux, propice à la 'faune riedienne' (avec observatoire ornithologique) Depuis l'aménagement de la zone humide des Rohrmatten, apparaissent de plus en plus d'espèces nicheuses "aquatiques" comme le Vanneau huppé ou le Petit Gravelot (Charadrius dubius).

les sols de vase: 

l'élément principal d'Illwald comme le filtre de nettoyage de l'eau souterraine.

le sonneur à ventre jaune :

un crapaud de feu qui ne proclament des appels de malheur : "ounk-ounk". Le sonneur de toutes flaques ensoleillées.

sorties guidées au Ill*Wald:

La petite reine à la découverte des courlis et castors du Ried ! - Secrets de tourbière, pour s'adapter à des conditions extrêmes, la flore des tourbières développe mille et une stratégies - avec la Maison de la Nature du Ried à Muttersholtz : suivez le lien au guide des pages: Ried sorties nature 

le tremble :

c'est le vent qui chuchote les feuilles scintillantes  emmanchées la mélodie de souffle. Leur tremblement émerveille pourtant très fort votre ouïe!

au revoir

Index d'accueil

Page d'accueil

Guide des Pages

Livre d'or

e-mail

au revoir

merci !

  Free counter and web stats

.

  Dans le grand jonc du terrain bas d'Ill 

dans le grand joncautour de Sélestat, c'est non seulement le Rhin qui m'offre cette biodiversité. C'est l'assemblage du Rhin et d'Ill s'évadant dans le Jura, ensemble avec les rivières de Vosges. Au cours si accouplé ces zones du jonc et aux terrains alluviaux sont inondées au printemps. Mes phares de la mer de prés, les peupliers et bouleaux, s'élèvent vers le ciel le long des deux côtés de la chaussée à partir d'Ehnwihr. C'est après les inondations européennes, déjà historiquement. Le terrain de l'action soudain pour les cygnes, cigognes et hérons gris qui se réjouissent de cette table des présents. Toujours accompagnés de l'appel haut des belles mouettes en volant autour de tout ça

Alors, puisque je suis un peu de la nature de ne pas aimer l'eau, comme théâtre pour tout me reste uniquement la chaussée qui est circulée pourtant trop rapide et négligemment. Après leur assèchement naturel, les terrains marécageux me surprennent avec les très hautes herbes et plantes de prés fleurissantes en multicolores. Pour vous, avec les habits appropriés, ces excursions enivrantes peuvent devenir le plaisir, non seulement pour les résistants au rhume des foins. Ici, les guides de plantes et d'insectes entrent en action parfaitement.

Le courlis est de retour !

 Le Courlis est de retour !

Animaux d'une réserve rhénane

Celui qui s’installe dans un tel marais ou marécage ou domaine humide de prés, comme ces batraciens, a-t-il sûrement déjà appartenu une fois, celui-ci évident, l'appel bien sonore, presque joué de la flûte : " tlo-iht ". Au contraire aux chœurs de "kroàhk" des grenouilles d'eau et rainettes, cet appel mélodique du flûtiste retentit du haut. Si l'emblème du Ried, le Courlis cendré, en dehors de sa couvaison si sociable, accomplit son vol de pariade au printemps sur les marais : Il ajoute à la strophe principale souvent encore un long trille de pariade. (Mes congénères connaissent de même cette poésie de troubadour naturelle.) Vous l'avez nommé par son cri " courlis". Son bec penché en bas jusqu'à 15 cm de longueur lui fait devenir un gourmet. Car il peut saisir avec cela les organismes qui sont profondément dans la vase, jusqu'au profonds tunnels des vers marins. Sa carte menue comprend en plus les escargots et de petits crustacés. 

Vous voulez suivre le Courlis ? Cette star dans le ried d'Ill en vous approchant son nid-terre, n'oubliez pas vos chaussures étanches. Je vous donne encore une dernière instruction superflue : il a un plumage tacheté gris brun et un croupion blanc. Le mâle pousse les sons ricanants en volant autour de son district de couvée. Si vous entendez le soir de juillet et d'août même un ricanement régulier, vous êtes sur la trace au plus petit, plus rare Courlis courlieu.  Tous les deux courlis ont besoin de votre protection de l'agriculture dans sa nappe phréatique, ses prairies à faveur de la biodiversité riedienne ! Demandez-vous, si les anciens droites des agriculteurs dans une zone unique, qu'ils peuvent résister à la situation écologique d'aujourd'hui. - - - À propos, la Maison de la Nature du Ried à Muttersholtz vous invite, avec la Ligue pour la Protection des Oiseaux, à découvrir ce spectacle fascinant animant les prairies du Ried printanier : Le courlis est de retour !  >>> pour le rendez-vous suivez le lien en bas à gauche vers l'Agenda Régional:

 du têtard au batracien

Cet amphibie ou batracien, il est non seulement un témoin du temps primitif vivant mais aussi un vrai mime de métamorphose. Contraire à moi, il vit sur terre et sur mer aux eaux différentes du jonc. D'œuf à larve aux branchies, de formation des pattes postérieures aux antérieurs, pour enfin pondre des oeufs encore à l'eau. Comme adulte en séjournant terrestre à la respiration pulmonaire, alors ils sécheraient sur terre. Son adaptation du têtard au batracien lui force toutefois de garder sa peau humide, si quelques-uns d'eux ont déjà réussi un échange-gazeux par la peau de 50%. Aux périodes sèches dues à un climat parfois presque tropical ils reposent en sous-sol. - Votre engagement de protection pour crapauds amoureux, fait réussie une opération de sauvetage de 800 batraciens en 2003 par la LPO ; Grâce aux bénévoles très motivés en posant un filet plastique pour sauver leur migration prénuptiale et leur survie. Regardez ces animaux pendant leur migration annuelle ! Instinctivement poussés à quitter leur site de repos hivernal pour rejoindre les trous d'eau et notamment un étang de pêche proche. Ignorant tout du danger que représente la route et poussés par leur libido, ces batraciens risquent de se faire écraser par dizaines ! Pour vous, il est suffisant d'éviter des chemins communaux du Ried mi-février à mi-avril soir au matin lendemain.

Paysage sonore : concert au bord de l'étang, la fête de printemps bat son plein au bord de l'étang. Reinettes et grenouilles vertes, courtilières et grillons, rousserolles et loriots donnent de la voix, et un fantastique concert vespéral. Entendez vous le sonneur à ventre jaune (bombina variegata), qui sonne d'avril jusqu'au août son «oûhnk-oûhnk» ? Ce fanatique du soleil est diurne grâce à sa protection d'une peau verruqueuse qui produise la sécrétion venimeuse. Bien choquant en jaune d'or tachetée en bleue noire, équipée aux aiguillons. Au danger il s'enterre à la vase. Ils sont les acteurs principaux dans ce domaine humide : avec son monte-en-l'air plutôt nocturne, la rainette verte d'une coloration variable entre jaune, noir gris et parfois même bleue, qui se bronze idiot sur les feuilles roseaux. Les urodèles nocturnes tachés en couleurs, comme la salamandre tachetée et le triton ponctué, se cachent pendant la journée partout. La première préfère les promenades dans la pluie dans le crépuscule, tandis que le dernier quitte seulement son existence comme agent secret pendant une chaleur humide. Le triton alpestre, à saison du frai beau marbré en bleu orange, demeure au-dessous les feuilles et  mousse humides. Pour moi, si étonnant qu'inoubliable: au mur haut en grés, à côté de la chapelle St. Valentin, près aux ruines de Guirbaden, j'aie vu une belle salamandre tachetée qui respirait par sa peau humide en plein soleil. - 

la magie de la roselière des Rohrmatten, haute lieu ornithologique d'Alsace centrale,  où ses habitants des zones humides feront le spectacle

une roseliere restaurée

  le site des Rohrmatten - une roselière restaurée

(lieu: non balisé : route D 424 au Sud de Sélestat - situé entre les sites du Haymatt et du Muehlbach, entre l'Ill et Bieberbaechele - accès en chemin parfois humide, en passant de deux passerelles)

Le site des Rohrmatten dans l'Ill*Wald est particulièrement important dans ce contexte, surtout en raison de la rareté actuelle de ce genre de milieu en Alsace. Dans les milieux ouverts et tout particulièrement sur le site des Rohrmatten - une roselière restaurée sur laquelle a été réalisée un observatoire ornithologique - une très grande variété d'oiseaux - nicheurs ou non - vous avez observée : parmi les rapaces, le busard des roseaux (Circus aerugionosus), le faucon hobereau (Falco subbuteo) chez les limicoles, le courlis cendré (Numenius arquata) et le Vanneau huppé (Vanellus vanellus), le Petit Gravelot (Charadrius dubius) présenté dans mes sorties aux dortoirs à cormorans de la réserve naturelle du Taubergiessen. Des grues cendrées (Grus grus) et des grandes aigrettes (Ardea alba) dans l'Ill*Wald. Pour les espèces nicheuses, les 6 espèces de pics présents en Alsace se reproduisent dans la réserve, ainsi qu'un nombre important de rapaces (au moins 10 espèces). Des espèces remarquables comme la cigogne noire peuvent potentiellement nicher dans le massif de l'Ill*Wald. Vous lui a observé dans une prairie humide bordant l'Ill*Wald. La présence de la Cigogne noire à cette période est un indice de reproduction suffisant étant donné l'extrême discrétion de l'oiseau. Depuis l'aménagement de la zone humide des Rohrmatten, apparaissent de plus en plus d'espèces 'nicheuses aquatiques' comme le Vanneau huppé ou le Petit Gravelot. La restructuration du réseau hydrographique laissent présager de la nidification de certaines espèces remarquables comme le Râle d'eau (Rallus acuaticus), déjà présent en tant que migrateur et hivernant. Des espèces devenues rares en milieu ouvert de plaine sont encore présentes dans le périmètre de l'Ill*Wald, notamment le Bruant proyer (Emberiza calandra) et la Pie-grièche écorcheur (Lanius collurio). La réserve représente aussi un site très important pour le gagnage d'un certain nombre d'espèces qui se reproduisent à proximité du site protégé ou même à des distances plus éloignées comme les Choucas des tours ou les Hirondelles. On peut par exemple observer au-dessus du site des Rohrmatten des nuages d'Hirondelles de fenêtre (delichon urbica) ou de l'Hirondelle rustique - (Hirundo rustica) encore appelée hirondelle de cheminée - lors des épisodes de fortes pluies. - Migrateurs et hivernants : La réserve est un milieu très intéressant pour le stationnement et l'alimentation des oiseaux migrateurs ou hivernants en Alsace. L'attrait principal pour les oiseaux migrateurs réside dans l'inondabilité des prairies. Les inondations sont essentiellement dues au débordement de l'Ill, et plus marginalement aux remontées de la nappe à la partie Est de la réserve. L'Alsace se situe dans le prolongement direct de l'axe rhodanien qui est l'un des axes majeurs pour la migration des oiseaux du nord de l'Europe, au printemps ou en automne et le Rhin reste de loin le site privilégié pour les oiseaux d'eau. Leur nourriture, les limicoles, elles font étape dans des milieux à leur convenance par la présence de zones humides ou de zones inondables de type 'marécage'. Les zones prairials constituent des lieux d'alimentation privilégiés pour un certain nombre d'oiseaux d'eau stationnant sur le Rhin. Comme pour le Canard col-vert (Anas platyrhynchos) , Canard siffleur (Anas penelope), Canard chipeau (Anas strepera), Canard pilet (Anas acuta) et Canard souchet (le souchet ~ Anas Clypeata). 

 Les forêts alluviales rhénanes

le redressement de Rhin 

avec cette énorme réalisation de 'Grand Canal d'Alsace' au 19ème siècle, la nappe souterraine baissait, lequel garantissait autrefois les forêts de prairies. Seulement grâce à sa baie étroite l'île de volcan de Kaiserstuhl, entre la Forêt-Noire et les Vosges, restait seulement épargnée du cela. Donc, les arbres feuillus comme préparatoires de terre après glaciaires resteraient. Ce paysage de marécage sombre et brumeux a laissé à vous les elfes, fées et d'autres fantômes de marécage. Forêts rhénanes luxuriantes, anciens bras d'eau du Rhin et prairies rhénanes ont une histoire qui vous sera contée 

 la surface boisée d’Ill : les pionniers

Un paysage dans lequel les aunes pouvaient risquer ses pieds pas loin assez dans l'eau avant qu’il se retire de plus en plus. Avec ses champignons installant aux racines, ils faisaient chaque terre inculte féconde. L'aulne noir (alnus glutinosa), appelé l'aulne glutineux ou Schwarzerle, conteste ainsi la troisième place dans la surface boisée d’Ill, voisin avec le frêne et les saule blanc le long de l'Ill. Il aime plonger ses racines dans le cours d'eau. Comme la sorte de pionnier, il aime le sol d'infiltration humide, par moments inondé et pierreux. Ce pionnier de terre en friche résistant à l'eau est équipé des raffinées arches en cônes à semence. Ses feuilles ovales, légèrement échancrées au sommet, vertes jusqu'à leur chute qui intervient tardivement ont une face supérieure recouverte d'un genre de glu (d'où le nom de l'arbre). Vous le reconnaissez à son écorce brun verdâtre se transforme avec les années en croûte-noire et crevassée. Son domaine de couronne montant en plusieurs branches de la terre. Les personnes souffrant d’allergie pollen les reconnaissent à la prospérité d'hiver de ses petits chats 3-4 cm long. Ces leurs fées se transforment en des petits chats de prospérité rouge foncée. Ils verdissent d’abord pour devenir ensuite aux petits cônes noirs. Dans cette écaille très habilement conçue une couche cellulaire remplie de l'air sert comme l'anneau de natation pour la semence implantée. Le bois dur de cette plante de bouleau sert à la fabrication des passerelles de bateau, sabots et instruments de musique.

Dans ma voisinage, en la forêt vierge de petit bois-plaisance apporté, au milieu de réserve naturelle riche en eau, l’aune n'était pas la seule active comme précurseur pour les autres bois de prairies. A la nappe souterraine toujours augmentée, partiellement par l'Ill inonde, partiellement par les précipitations, une pionnière poussant très vite venait-il en aide : le haut peuplier souple. L’argent en feuille dessous sur l'écorce blanchâtre du peuplier argenté pesant dans le vent miroite particulièrement bien dans la proximité d'eau. Le leur semblable mais plus fréquemment que je rencontre, donc est le tremble plus avant faim à la lumière. Comme postes de garde des eaux ils me préviennent assez tôt, ensemble avec les saules, surtout le long des cours d'eau, contre les canaux et fossés non traversables. Si vous rencontrez même un peuplier pyramidal cloné avec une large couronne et feuilles qui se terminent en point, c’est celui qui émigrait environ avant 200 ans ici de l'Italie. En automne, ils s'en sont d'accord en m'amenant même à l'éternuement par ses vraies « laines d’arbres en coton » librement volant autour! Sur presque 1500 hectares Illwald s'affirment à côté d'une domination des plantes ligneuses: des frênes, chênes pédonculés et noisetiers encore des tilleuls, ormes, érables de pays. Entre les arbustes ils dominent les cornouillers, aubépines et les prunelliers épineux. 

 Les 'fraternités' de bocages, de chênes-frênaies, 

accompagnés toujours des ormes et aunes, vous trouvez dans tout l'Ill Wald. Pour les deux chemins circuits touristiques proposés n’oubliez pas les traits caractéristiques du frêne : plante d’olivier avec une couronne ovoïde chargé de feuilles emplumées par touffes des Onze, comme des lances longues aiguisées et ses bourgeons noir de velours. Seulement après 100 ans et avec une hauteur de 40 m cet arbre est arrivé à sa maturité. - L'écorce des ormes de champs magnifiques, ainsi menacée aujourd'hui par l'envahissement de champignon, jusqu'à de 40 m de haut formait après la dernière période glaciaire, ensemble avec les chênes, la première forêt vierge de feuillage. Il trône encore ici dans l'Ill Wald, dans les plaines basses plus chaudes et y met en évidence des paysages et parcs avec son beau bois de meuble autour de la cheminée de ma roseraie. (Là, on m'a raconté de la mythologie nordique, dans laquelle les deux -le frêne et l'orme- étaient Adam et Eve. Ces premiers êtres tournèrent le dos à la mer d'où ils venaient de surgir sous la forme du bois pour se diriger vers la terre et entrer dans la forêt nourricière. Ainsi le christianisme reprit aussi ce thème, comme beaucoup d'autres, dans leur propre mythologie.) L'orme, malgré son écorce d'un teneur tannin élevé, comme remède chez les maladies de peau, lui-même succombe à un envahissement de champignon détruisant. 

Le tronc et le feuillage rouge sang des cornouillers sanguin d'un très dur bois sont visibles à partir de l'automne tardif. Vous les trouvez seulement sur les sols les plus riches en eau dans les bocages aunaies-frênaies. Dès septembre-octobre ses capsules séminales de fruits à noyau pois-grandes  pois, aux branches rouges, se teignent de vert au noir bleuté. De cette façon ils prennent leur propagation en transit d'intestin endommagé par vol d'oiseau. Alors, un artiste au théâtre de variétés de toute l'année: des fleurs-hybride blanches au temps-bourgeonnant du feuillage luirent en rouge à l'hiver! Les fabuleux bois chênaies-hêtraies éclaircis préfèrent, par contre, la proximité des fossés de drainage. - Cette proximité l'aiment encore des autres coloriés de châtaigne : 

Le ragondin (Myocastor coypus) est un mammifère originaire d'Amérique du Sud (photo: © Wikipedia)  Ragondin, Le ragondin à voir ! (photo: © Wikipedia)  il creuse un terrier de 6 à 7 m le long des berges

 il utilise parfois lles terriers déjà creusés par le rat musqué, avec qui il entre parfois en concurrence

 

 

 

 

 

 

 


 les constructeurs des châteaux forts entourés d’eau 

que je reconnais seulement au crépuscule à leur odeur putride! Avec leur queue latéralement compressée et les pattes de derrière équipées aux cheveux sétifères de natation et palmures le domaine humide, riche aux fossés viennent eux à propos. Comme un bon plongeur, il m'échappe naturellement avec un court sifflement dans son empire des étangs, lacs, canaux, ruisseaux, rivières et marais. Le haut art du rat musqué est la construction de la digue et d’étang. Malgré leur nourriture de plante aquatique avec la garniture d'escargot, il creuse les passages souterrains dans la rive escarpée. D'où il construit des châteaux roseaux de 1 m de haut avec les entrées d'eau souterraine inaccessibles pour moi! Ainsi celui-ci protège ce Nord-Américain un peu maladroit, soi-disant émigré sur Prague, leurs salons y compris la garde-ménager de ma curiosité. Leur espérance de vie fait seulement 4 ans, ainsi maman rat musqué peut jeter donc 3 au 4 fois jusqu'à huit bébés. En traversant les forêts du Rhin sur la route D 20 pendant la nuit en hiver, je suis rencontrée ce constructeur de château de la traverser comme hypnotisée par le bitume ! Le rongeur herbivore, le ragondin, est reconnaissable à ses 4 grandes incisives orange tirant sur le rouge. Son régime est normalement constitué par des bulbes et des racines de plantes aquatiques. Néanmoins il s'adapte très vite aux ressources disponibles sur son territoire. Il consomme ainsi une grande quantité de céréales comme le maïs, le blé, qui se trouvent à proximité de son territoire.

à propos:  les actions hivernales des ragondins en concurrence avec les cygnes tuberculés pour gagner du pain aux bords des eaux du Polder à Krafft, selon les photos au domaine d'eau bourbeux de la réserve naturelle du Taubergießen.

l'Ill*Wald et les parcs 'fait nature' de la Region Réserve Naturelle Volontaire du Ried de Sélestat : réseau des chemins et abris de l'lllwald d'une longueur totale de 83 km 

les Estivales dans le Grand Ried SORTIES GUIDÉES - Tourisme à Sélestat: Sorties en calèche - Le Ried à petits trots avec commentaires sur la faune et flore riedienne (histoire, paysage, patrimoine) - visite d'un atelier de tissage, tarifs: 15€/8E, le mercredi-matin + l'après-midi  en juillet et août : balade à vélo découverte sensorielle avec animateur nature dans la réserve naturelle de l'Ill*Wald, tarifs: 10€/8E location de vélo comprise, calèche + balade 25€) infos à l'OT tél. 03.8858.8720

infos ou plus de renseignements

Service de l'Environnement et des Domaines - Mairie de Sélestat - 9, place d'Armes à 67600 Sélestat - tél.: 03.8858.8500 - e-mail  - Centre National du Bois chefs de triage: Jean-Marie Clussmann tél. 03.8892.8849) ou Freddy Koenig tél. 03.8892.8757 - l'amoureux de l'image: contactez Gilbert Christmann à Colmar tél.: 03.8979.3542

les activités de la Maison de la Nature du Ried à Muttersholtz À la découverte des secrets du Ried de l'Ill - Visite guidée, animation historique et naturelle en barque plat avec la Maison de la Nature du Ried à Muttersholtz, tél. 03.8885.1311, du ? 

BALADE - BALLADES - SORTIES - en alémannique tout public : en alémanique (alsacien - uff elsaessisch) toute l'année au Rhin supérieur : Les cris rauques et puissants des cerfs dans l'Illwald en 2012

suite à cette page d'Ill*Wald (2): aux sols forestier limoneux et glaiseux 


retour à l'index d'accueil                        haut de page

Copyright © 2001-2012 Baba Regio Rhein Ried Tous droits d'auteur réservés