Sillons tracteurs à perte de vue des champs maïs fauchés se diminuent dans le mat de leurs tons chauds de terre. Bavent loin, ligne par ligne, ils se rangent vers le pastel miroitant de l'horizon. Sur mottes de terre humectées par le givre je rencontre de nouveau des lièvres communs librement courants et le gibier. En été, ils sont à moi que la forêt est à vous. Les monocultures de plusieurs années gravaient ces prairies de Ried jusqu'aux bords de Rhin.

À côté des hautes tiges de jonc je trouvais les nénuphars fleurissant. À l'écart des chaussées, dans les longues rangées de champs maïs, le jet d’eau des lanceurs d'eau grésillait sur les terres. Le survol des oies, hérons, cigognes et cygnes au temps où les champs de 'graine velche' se reposent, il m'appartient à flairer aux leurs débuts possibles dans la région. 

le mot alémannique et alsacien: welsch pour les Francais de l'Intérieur

Index excursions

Armagnacs à Strasbourg et la plaine d'Alsace - Château Haut-Koenigsbourg - guerre Centenaire des 'Welsches' - la réformation: Luther - Bundschuh - Gerber - Jean Fischart Retour à la première page du sujet (1)

vers l'horrible 17ème siècle (2) : Simplicissimus, dr'(D)Tüwack (le tabac), les Suèdois au Pont du Rhin de Strasbourg, la seigneurie Lahr-Mahlberg dans le Pays de Bade ni les Schwowe (Schwob) mais les Badenser (le Badois)  Retour vers l'horrible 17ème siècle : Simplicissimus, dr'(D)Tüwack (le tabac), Mansfeld, les Suèdois au Pont du Rhin de Strasbourg, la seigneurie Lahr-Mahlberg dans le Pays de Bade ni les Schwowe (Schwob) mais les Badenser (le Badois) (2)

Selon vos racontes soient:

(les liens du texte : A-Z)

Baba :

au cinéma "couleurs de terre" dans les prairies du Haut-Rhin 

Elias Canetti

(* 25.7.1905-14.8.1994) écrivain - 1944: "Pour qu'elle mît fin à l'autodestruction de l'humanité, à quoi aurait dû ressembler la Bible ?"

le changement climat

au Rhin supérieur, après les guerres de Succession de l'Empire et la Révolution

la guerre de Succession autrichienne

Marie-Thérèse impératrice comme héritière féminine des domaines de l'Europe centrale,  attira Frédéric II le Prusse affamé qui eut la Silésie dans le viseur, la Bavière et la France de leurs renardières. 

Hansjakob Heinrich

née à Haslach (Kinzigtal) curé et démocrate critique de son époque comme écrivain dérangeant. Il vous garda le souvenir d'un Pandour remarquable.

Haut-Barr

le beau château Haut-Barr (Hoch-Barr) sur les hauteurs de Saverne (Vosges du Nord) des sires de Guéroldseck et ancienne et citadelle épiscopale est un souvenir de Barberousse : le puissant donjon placé sur la partie est et un mur bouclier sur le Markfelsen relié par une passerelle au rocher.  Au pied de la barre de grès était édifiée une puissante enceinte avec une rampe d'accès.

Kléber Jean-Baptiste

...Heliopolis, Sambre-et- Meuse. - La campagne de Napoléon vers l'Égypte fuait au désastre sans lui ! Conscient de ses responsabilités, il sauvait l'armée et leur général, (15 ans plus jeun que il-même) des incroyables tortures des soldats blessés et pestiférés, contrairement à Napoléon.

le labyrinthe

l'attraction touristique à Grafenhausen (près d'Europa Park) : elle vous apporte le maïs tout près! 

Lauterbourg

passage du Rhin par les troupes autrichiennes sur les lignes de Lauter - de Queich (Redoutes) au 18ème siècle.. 

le maïs jaune

la graine-velche, non seulement comme pop-corn un triomphateur mondial du nord - comme légumes, farine ou huile : voici les traces de la culture et de la propagation. 

Marie-Thérèse

reine autrichienne éperonna leurs Pandours aux manteaux rouges contre la France, la Bavière et la Lorraine pour défendre leur héritage habsbourgeoise en Alsace et en Lorraine.

les monocultures

la graine-velche, ici, comme le fil conducteur aux débuts de la situation paysans à la douche écossaise constant des réformes d'Église et d'État.

Napoléon 

service militaire au lieu service Église, il réussite son long chemin des conquêtes. Sa plus grande bataille en masse jusqu'à présent. Il fut fatal à son beau général  Jean-Baptiste Kléber 

les Pandours :

l'unité de cavalier hongrois recruta en Croatie par Marie-Thérèse, ne purent plus sauver l'Alsace y compris Saverne des Français. Pandour(e) : Nom donné à des troupes irrégulières de la Hongrie (pillards) ; c'étaient des Esclavons habitant les bords de la Drave et de la Save. Pandur, ville dans le comitat de Pesth, qui avait fourni le premier contingent de ces troupes

fossé des Pandours  :

Le murus gallicus de l’oppidum médiomatrique du Fossé des Pandours dit Oppidum au col de Saverne de l'époque de la Tène ayant subi des remaniements à différentes époques. Une partie, au nord du Baerenkupfel, constituée d'un rempart de terre et d'un fossé est nommée des 1744 fossé des Pandours (aujourd'hui : Attaque des Pandours)par la tradition populaire car des troupes impériales d'origine hongroise s'y furent retranchées pendant la guerre de succession d'Autriche. Ce rempart se poursuit entre le Baerenkupfel (bassin en pierre de taille) et le Koepfel au niveau duquel il a été restauré au 9ème ou 10ème siècle par un mur de pierre sèche avec armature en bois

Révolution française

90% des revenus pour acheter du pain - les rois, la noblesse, le clergé européens menaient la grande vie. La bourgeoisie s'armèrent des idéaux humanistes et nationalistes contre l'absolutisme royal en les guillotinant.

le Rouge et le Noir

Paris et l'Europe furent financièrement dans l'étranglement de taxation : concerné la population rurale et les habitants des villes. 

Silbermann Johann Andreas:

C. Guerin: Portrait de fabricateur des orgues strasbourgien - mi 18ème siècle

aaaaa

Orgue Silbermann Saint Thomas Strasbourg (photo: suivez le lien)

les Trenck de :

Frantz, tableau de F. Kautský: Trenck (1756) baron et aventurier autrichien, le plus âgé, libera le passage de Rhin par un coup sabre pour Marie-Thérèse

Frédéric

son cousin et héritier, sous-lieutenant prussien, fut autorisé servir à Frédéric II jusqu'à ce qu'il tomba amoureux de sa soeur !

Voltaire

(1694-1778) « Colmar est la capitale des Hottentotte régies par les Jésuites » que Voltaire avait noté en mauvaise humeur dans cette ville pas aimée ; Quand il était forcé de consommer la pension maigre, que le Duc de Wurtemberg lui avait fondé sous la forme de revenus des vignobles de Riquewihr, y compris quelques barriques de vin du meilleur grenoble. Le grand réformiste n’aimait pas la bourgeoisie sans souplesse de cette ville commerçante riche ; en outre, les jésuites avaient aussi justement brûlé à nouveau quelques livres.

Page d'accueil
Index excursions

Guide des pages

Livre d'Or
e-mail

Agenda Régional
l'Ill*Wald Biotope
le Mont Sainte Odile
du Ried rhinois vers l'Alsace
 Strasbourg en floraison
la région du Rhin supérieur
la réserve naturelle du Taubergiessen
les grès de Vosges
Tour pédagogique: les demoiselles au Mollberg
à la recherche dans les pages de Baba  Rechercher
Recherche facile : tapez [Strg] + [F] (ou [Ctrl] + [F]) sur le clavier

Aux mes excursions paisibles, encore en toute sécurité jusqu'ici, en dehors du Ried (les roseaux) des eaux du Rhin latérales de dérivation, m'encore rencontre aujourd'hui, surtout la haute plante de graine velche - pour vous, en revanche, visible par ses images d'ombre allongées - à côté du colza brillant jaune, des épis de seigle se balançant dans le vent, les vagues de blé, brillant doré dans le soleil, les épis d'avoine comme des longs cheveux peignés du vent, des fleurs du tabac fleurissant tendrement rose et des grandes fleurs de tournesols décorant le paysage. Dans leurs longues séries élevées, ils me refusent tous ensemble la vue à l'horizon. Au milieu leurs longues rangées élevées, ils me refusent tout ensemble la vue à l'horizon !

l'histoire régionale au Rhin supérieur (3)

à propos :  Malgré les 30 années de combats intenses du 17ème siècle, les affrontements guerriers n’avaient pas tari après la paix de Westphalie de 1648. À deux reprises 'la France contre l’Espagne', trois fois 'l’Angleterre contre la Hollande', une fois 'l’Angleterre contre l’Espagne', 'la Suède contre la Pologne', 'la France et la Suède contre la Hollande' et l’alliance antifrançaise 'l’Autriche et la Sainte Alliance contre l’Empire ottoman', etc. L’Europe sans compter les innombrables luttes internes.

la  graine velche s'ingère dans le 18ème siècle

J. TH. Hoeffel, étudiant en médecine, auteur d’une thèse sur le pétrole de Lampertsloch: Il découvrait de nombreux affleurements de sable pétrolifère, qui augmente le débit de la source, distille « sur coke » du pétrole brut et obtenait des fractions « lampantes » en 1734. Il fut sans doute un des premiers pionniers de l’industrie pétrolière. Une période d’écope (15ème siècle jusqu’en 1735). La source importante portant le nom de « Baechel Brunn » se trouvait sur le ban de la commune de Lampertsloch, en face de l’actuel château Le Bel. Les paysans écopaient l’huile à la surface de l’eau pour l’utiliser à des fins thérapeutiques et pour graisser leurs outils et roues de charrettes. C’est au cours de cette période que furent accordées à plusieurs particuliers de la région les premières concessions par les comtes de Hanau-Lichtenberg, alors seigneurs de l’endroit. Suivez ses traces au Musée Français du Pétrole à 67250 Merkwiller - Pechelbronn

... entraîna un horrible bouleversement social 

Ma région fut aussi touchée par les famines et l'exigence du pain. Le poète français Stendhal vous dirigerez à ses débuts. Pour que les hommes trouvèrent leur modeste avoir de quoi vivre, ils en eurent en général seulement le service à la noblesse ou à l'Église. Le rouge pour l'uniforme ou le noir pour la jupe de prêtre. Pour la simple population rurale l'un et l'autre signifiaient la peine. Ce qui le signifiait, donc, pour la population affamée du pays et des villes de ne trouver aucun revenu, n'était pas de l'intérêt. - Ce "fils du soleil des Indiens" le maïs jaune comme le maïs sucré, pour le servir la Hongrie et l'Italie ont eurent les meilleures conditions cultivables depuis longtemps. Dans le nouveau monde, ces tous nouveaux 'États-Unis d'Amérique' eurent leur premier ambassadeur de France en 1776, l'Alsacien natal de Masevaux, Conrad Alexandre Gérard.

l'impératrice habsbourgeoise Marie-ThérèseI: La guerre européenne, en Alsace

il ne se produisit pas de nouveau aucun paix. Guerre de la succession d'Autriche contre Marie-Thérèse en faveur de Charles-Albert, électeur de Bavière. Mort de l'empereur Charles VI d'Autriche, le 20 octobre 1740. Sa fille Marie-Thérèse d'Autriche lui succède. L'héritage royal autrichien de l'impératrice habsbourgeoise Marie-Thérèse ne fut pas été respecté par les souverains masculines en ce temps.  La France, volonté de raser toutes ses places, depuis Bâle jusqu’à Philipsbourg et de rendre Strasbourg et Brisach depuis l'année 1709, se mit à la guerre. Traité de Nymphenburg, le 28 mars 1741, scellant l'alliance de la France, l'Espagne, la Bavière, la Saxe et la Pologne, contre Marie-Thérèse d'Autriche. Traité d'alliance entre la France et la Prusse, le 5 juin 1741. Marie-Thérèse (1717- 1780, fille de l'empereur Charles VI) elle épousa en 1736 François,  un de ses 15 enfants était Marie-Antoinette. Frédéric II. de Prusse, qui propagea la liberté d'opinion en l'Europe absolutiste, il eut envie de l'annexion de leur Basse Silésie. La France soutint Charles Albert de Bavière élu empereur germanique, le 24 janvier 1742, sous le nom de Charles VII, contre leur époux François, le duc de Lorraine. La France régnant absolument monarchique eut justement le plan de partager l'Allemagne en cinq États de même format. Au cours de la guerre de Succession de Pologne, cet héritier du duché lorrain elle alla au-devant à nouveau, cette fois par le soutien de leur beau-père polonais Louis X. Il  fut attribué au ex-roi de Pologne (beau-père du roi de France Louis XV), à Stanislas Leszczynski le futur mécène de Nancy.  La Lorraine, bien à l'hameçon de la France à cause de leur sidérurgie surgissant, eut été échangée par le Duché de faillite de Toscane. L'Autrichienne Marie-Thérèse éperonna alors leurs générales, choisies elle-même, à défendre leur héritage d'Alsace-Lorraine. La France, réagit avec le 5e régiment d’infanterie de ligne, un régiment français créé sous l'Ancien Régime, un des plus anciens régiments de France créée en 1558, se présenta en Alsace : En  1733 aux batailles de Kehl en Pays de Bade et de Philipsbourg et en 1744, aux batailles d'Auenheim (Haguenau) et de Souffelsheim en Nord-Alsace.  

   II: « alerte des Pandours » en Alsace

En 1744, la guerre européenne dit "guerre de Succession Autriche" éclata à Schreck près de la Lauter. Activé par cela, le gouverneur militaire d'Alsace de Chénier fit refaire les lignes de la Lauter (les Redoutes anciennes *) comme précaution, en commençant celles de la Queich. (* un paysage pareil de l'Ill*Wald) - Lors de la Paix de Nimègue, en 1678, seuls 68 Régiments d’Infanterie furent conservés sur pied, ainsi qu’un certain nombre de bataillons de garnison. Mais en vue de résister à la ligne d’Augsbourg, Louis XIV dut renforcer son armée. Le 30 mars 1734, parut l’ordre de bataille des troupes de l’armée du Rhin alors commandée par le Maréchal de Coigny, le Maréchal de Berwick ayant été tué par un boulet au Siège de Philipsbourg. Jusqu’en octobre la campagne du Rhin se passa tout entière en marches et en fourrages, aussi M. de Coigny se préparait-il à prendre ses quartiers d’hiver lorsque les Impériaux prirent l’offensive. Le 1er août, M. d’Autigny, qui eut commandé le Régiment pendant toute la campagne, fut fait brigadier. A la fin de septembre, les troupes furent baraquées dans les deux camps badois d’Offenbourg et de Renchen, en attendant de prendre les quartiers d’hiver en Alsace. Au printemps de 1744, le Régiment de Boulonnais reprendra la campagne en Alsace contribue à la défaite du Général Nàdasdy (Nadasty) sur les hauteurs de Saverne et à la prise de Fribourg en Brisgau le 6 novembre 1744. Le Régiment continuera à faire partie de l’armée du Rhin sans prendre part à aucune action mémorable.

Les pandours en attaque (photo: suivez le lien)Le colonel  Rodakowski en attaque à la tête de ses "Uhlans" polono-autrichiennes dans la bataille de Custoza 1866
L'atout le plus mauvais de l'impératrice habsbourgeoise, Marie-Thérèse, contre les régiments français fut une 'personne hideux impressionnant'. A cette 'guerre du Rhin' à Philipsbourg, il y eut passé le fleuve à la nage et il eut conquis les retranchements à l'aide 'd'une poignée de Pandours'. Tout à fait seul et comme avant-poste en Alsace il fut rendre possible le passage du Rhin * aux troupes d'Habsbourg. Un aventurier redouté aux pays d'héritage habsbourgeois superstitieux pieux. L'impératrice y étala, à l'aide d'une unité irrégulière de cavalerie autrichienne, qui ne combattra pas 'en ligne'. Cette cavalerie, fut probablement formée en Croatie d'aujourd'hui, sous le commandement du Pandour à mauvaise réputation, le baron Frantz de Trenck et le Hongrois Léopold Nàdasdy. En juillet 1744, ce dernier ébaucha le plan de précision de traverser le Rhin à Schreck ensemble avec prince Charles. Le plan fut réalisé avec succès, pendant que le colonel Trenck avec ses Pandours occupèrent l’avant-poste bavarois. Entre-temps, les avant-postes de Nádasdy eurent traversé le fleuve en bateaux à rames positionnés. Ces-ci, ils jetèrent comme un pont bateau sur l'eau, qu'il permit 6.000 hommes à traverser le Rhin. Le lendemain, le Prince Charles fut devant ses troupes à l'autre côté du fleuve. Alors, encore bien avant, qu'il réussissait ce plan historique à un commando manoeuvre avec une ponte nageant du Rhin motorisé à nos jours.

à propos: (* Le passage du Rhin entre Rhinau et Schoenau était réalisé à l'aide d'un 'pont du Rhin' d'environ 230m en 30 minutes par le premier régiment du génie, basé à lllkirch-Graffenstaden, en 2001

Quand les Pandours vinrent investir Lauterbourg, d'où ils se jetèrent dans les fossés secs des anciens Redoutes, en proférant bruyant les menaces les plus horribles, le commandant français Gensac perdit la tête et se rendit sans combat. La ligne de fortification du Fossé des Pandours sur la route de Phalsbourg, fut élevée par les Autrichiens à N-O de Col de Saverne sous les ordres de Trenck et Nádasdy pour défendre Saverne contre une armée française débouchant de la Lorraine. Les Pandours abandonnèrent la ville sans coup d'épée. Ils s'emparèrent de même le château Haut Barr (Hoch-Barr) des sires de Guéroldseck et ancienne résidence des évêques) en 1744. Le château, situé au Sud à la traverse de la Zorn, placé sur les deux rochers orientaux de la barre, en fermant la vallée de la Zorn. Le château se trouva vide de tout défenseur, il eut été abandonné par la garnison française. Le bailli de l' évêque en fit un fermier qui demeurait avec ses gens dans la ferme du château, s'empressa de suivre l'exemple des militaires. Seul le fils du fermier, un gamin de quinze ans, resta au fort, en se réfugiant en  compagnie d'une chèvre au sommet du rocher, bien décidé à défendre le château. La chèvre dut lui assurer sa nourriture par son lait. Quand ces horribles Pandours y pénétrèrent, furent-ils accueillis par une volée de pierres et de rocs. S'apercevant qui fut le seul résistant du château, les mercenaires dressèrent des échelles, faisant croire qu'ils allaient lancer l'assaut. Ils proposèrent toutefois une reddition honorable au seul défenseur qui accepta de capituler! Les Pandours évacuèrent rapidement le château où le fermier se réinstalla. Les paysans remercièrent leur pillage à la Place de Pandours dans la forêt alsacienne d'Haslach par une attaque détruisant. - Le plan du maréchal de Coigny de ramener ses troupes en Alsace fut réussi. Sous l’assistance des troupes du duc lorrain Harcourt et les 25 bataillons et 33 escadrons de maréchal Noailles qui parvenu à Sélestat, les Autrichiens repassèrent le Rhin sur des ponts bateaux construits par eux-mêmes à Drusenheim et Beinheim. Frédéric le Prusse se déclara encore une fois contre la reine de la Hongrie Marie-Thérèse. François de Lorraine, époux de Marie-Thérèse d'Autriche, fut élu empereur d'Allemagne, le 13 octobre 1745.

..." peut-être, qu’il ne pourra pas supporter que les bonnes femmes européennes s’élevaient sur toutes les plus hauts sièges "... comme présumé en le roman du même nom d’un favori : le cousin et héritier de ce Pandour, le baron Frédéric de Trenck. Alors, Marie-Thérèse repli ses forces qui fut terminer cette « alerte des Pandours » en Alsace.

à propos :  l'auberge historique Mühlstein se trouve à partir d'Unterhamersbach au-dessus de la vallée de la Kinzig(près de Biberach en Forêt Noire) était par son ancienne fonction un lieu juridiction médiévale en devenant la meule de moulin. L'un des baillis fut immortalisé comme héros : le "Vogt auf dem Mühlstein" d'une histoire de paysannes. Ce bailli était chef des paysans, dit les 'Klosterbure', employé par le couvent. L'écrivain badois, curé à Fribourg, Heinrich Hansjakob (1837-1916) en rappela à la malheureuse fille Magdalena de ce bailli à la meule. Leur plus cher fut le Pandour « Oehler-Joken ». 50 ans plus tard, ce Pandour combattra comme corporal contre les armées de Révolution française. Son portrait on trouvait dans cette auberge. Cette étape régionale européenne construira le pont à la suivante inévitable.

III: Le peuple parisien devra dépenser 90% 

de ses maigres revenus pour acheter le pain, il fut donc continuellement souffrir de la faim. Le Parisien Émile Zola (1840-1902) avançait d’une vie bohème pauvre à l’écrivain de la littérature mondiale. Il eut décrit la 'lutte entre le capital et le travail ', entre les possessions et les sans possession et le paysage industrie des usiniers dans les agglomérations de mine. La dépendance du salaire devient une nouvelle forme d'esclavage. Vous récitez son roman politique Germinal comme "Un cri misait en minorité la Marseillaise : Pain ! Pain ! Pain !" Et Denis Diderot (1713-1784) eut travaillé exactement au remède possible : à l'ouvrage d'une encyclopédie de 35 livres de son mode d’emploi exacte de la fabrication d’un métier à tisser et d'une charrue aussi pour les champs du grain velche. Mais la société dominante, le pouvoir ecclésiastique et monarchique, ils eurent inventé la censure pour défendre leur exigence de pouvoir politique, contre l'exigence de fabriquer suffisant l'alimentation. Déjà l'expansion du commerce avait seulement apporté cette société en danger. - Les victimes comparables de la société moderne que surpeuplée de nos jours sont les sans-abri souffrent surtout du froid d’hivers. Le peuple lui-même, força par l'éclatement de la Révolution française (1789-99) un jusqu'ici nouveau forme de société, la république. La transition de la France de la monarchie absolue en république se fut effectuée au cours de la période du 14 juillet 1789 au 9 novembre 1799. Pas de peur, la république, comme aujourd'hui, elle n'était pas encore démocratique comme promis par les Grecs ou égale pour les femmes et enfants comme chez les Celtes; mais désormais un important pas vers l'industrialisation. Pour le peuple la faim fut dispersée par la mort des nobles rassasiés et souvent ennuyés, en guillotinant des nobles gaspillant qu’on s'empara dans toute la France.

à propos :  À Paris, l'hôtel de Salm (classé bien national sous la Révolution), une Altesse allemande, fut édifié entre 1782 et 1787 peu de temps avant la Révolution, pour un prince allemand, le prince Frédéric III de Salm-Kyrbourg. Le rhingrave se souvint qu'il possédait trois ou quatre villages perdus dans un ravin des Vosges. Il les fit mettre aux enchères, et les sommes qu'il reçut s'allèrent engloutir dans la bâtisse du quai d'Orsay. Son dernier louis servit polir la dorure de quelque feston dans cette vaniteuse bonbonnière. Il n'eut guère que le temps d'y pendre la crémaillère, dans une fête qui fut une cohue. La moitié de Paris accourut y étouffer l'autre.

Ce destin frappa aussi le noble cousin prussien de ce Pandour autrichien (mentionné au texte de Lauterbourg ci-dessus). Car le baron Frédéric de Trenck,  l'autrefois aux services du même roi de Prusse Frédéric II et maintenant très âgé, il eut cherché la liberté vertueuse à Paris. Par son amourette à la royale, la sœur de Frédéric II, Amélie, lui eut causé tous les neuf ans en chaînes avant son évasion. Bien que de sa réputation européenne déjà connue, à Paris, les 'chiens policiers à deux pas' furieusement exécutant au service de Robespierre, ils n'empêchèrent pas de lui condamner comme prétendu espion prussien. Actuellement actif fut le Français Voltaire, le chef critique de son temps vivant toujours dans l'asile, armé de comique, humour, plaisanterie, satire et l'ironie. Trois jours plus tard seulement, tomba la tête du juge sur le même billot et cette horreur trouva sa fin. - D'après les archives municipales de Marckolsheim (capitale du Ried en Alsace) un procès verbal avait ordonné en 1788 la démolition de la voûte de la porte supérieure de Marckolsheim, en laissant subsister les murs de droite et de gauche, qui seraient encore assez bons pour recevoir les battants d'une porte en bois. La royauté était renversée d'une bourgeoisie impatiente d’accéder au pouvoir pendant la révolution. Une guerre de 23 ans causée par la faim et la misère de peuple, qui coûtait la vie des 1,5 millions de Français. Quelles sont les leçons pour aujourd’hui de l’épisode révolutionnaire de 1789 ? Ce rêve du peuple français, une république universelle où les citoyens émancipés ne connaîtront plus ni maîtres ni frontières, retentit encore aujourd’hui dans les consciences de tous les hommes.

à propos :  Tous ces événements guerriers y compris les suivantes, ne contribuaient-ils de se rendre contre l'héritage d'évolution ? En reprendrant ses esprits par l'antique forme d'État de la démocratie, vous vous rendraient à la raison. Les paysans faisant l'agriculture sont plus supportables que les mercenaires maraudeurs pillant conquérant. Une République n'est pas encore une démocratie - même dans nos jours - la base d'un bien-être européen.

Voltaire (photo: suivez le lien)IV: La ravage des  bois du Rhin supérieur

Après les guerres de Succession de l'Empire et la Révolution, les forêts des deux côtés du fossé du Rhin furent défrichées de façon ruinant. Déjà en 1798, on eut attesté un changement du climat. Issu des abattements des forêts dans la plaine du Rhin et ses montagnes de la Forêt Noire et des Vosges. Ils eurent ouvert des passages aux vents qui firent périr les fleurs des arbres et des vignes. Les pluies changèrent en ondées, les montagnes en roches nues et les plaines en champs brûlants. Même la santé de l'homme eut douté ; comme ceux de vous, vivant dans cette plaine, savent vous-même aujourd'hui !  Les monocultures partiellement absurdes, commencé au siècle 'de production grande série sûre de profit', elles contribuèrent de leur part à mon et votre bien-être non indépendant. Un temps, ainsi versatile comme dès la Révolte paysanne jusqu'au labyrinthe champ de maïs à Grafenhausen. Le dernier vous rapproche au son contenu velche des greniers à blé, que vous aussi préserve à piller et à chasser comme les mercenaires. D'ailleurs, mon espèce n'est justement pas connue pour les formes de société d'un milieu social. En effleurant mes excursions vers mes camarades dans l’Ill* Wald et dans la réserve naturelle de Taubergiessen, c’est loin d’y être seul. En supportant les monocultures de maïs, pourriez-vous imaginer l'image de la récolte du Kukuruz (maiz) ? Une tradition fêta avec le chant aux pays slaves tchèques jusqu'au dernier siècle. Aux petits cercles respectifs autour des décharges, dans la communauté village : La graine du soleil pela par main, en jetant ses épis de maïs en dehors de ce cercle directement au centre pour les stocker en boîtes. Une forte image à l'ère de machine de nos jours, surtout en temps des champs moissonnés, le prix pour la production en grande série de semeuses et moissonneuses.

V: Napoléon Bonaparte (photo: suivez le lien)le service militaire au lieu de service église 

entraîna les conquêtes et les reformes importantes. Pour la parte de la France, l'officier ambitieux Napoléon Bonaparte (1852-1870), le Corse d'Ajaccio, commença sa carrière comme premier consul de la nouvelle république et de souverain absolu le 9 novembre 1799 à Paris  par réprimer la dernière révolte royale en 1795. Ainsi commença un long chemin des conquêtes, avant que celui-ci submergea par l'exil de lui-même. En train de délaisser ses troupes conquêtes au lieu des troupes libératrices pendant la grande conquête de l'Égypte, Napoléon dut assassiner son bel et grand maréchal de champ, le général strasbourgeois Jean- Baptiste Kléber (1753-1800), à cause d'une lettre, son appel d'aide à Paris.  Né au 18, Fossé-des-tanneurs à Strasbourg, baptisé en l'église Saint-Pierre-le-Vieux, Kléber était fils de Jean-Nicolas Kléber, qui meurt 3 ans après sa naissance, et de Reine Bogart. Il était élevé par son beau-père, Jean-Martin Burger et fait des études au gymnase Jean Sturm de Strasbourg. Sa carrière militaire dans les armées bavaroise et autrichienne : comme cadet à l'académie militaire de Munich et le fameux régiment d'infanterie de Kaunitz en 1777 avec le grade de privat-cadet. La dernière il quittait en 1783, sans être noble, sans la patience et sans conflits sauf de la guerre des pommes de terre, suite de petites opération contre la Prusse. Lors de la déclaration de guerre de 1792, Kléber s'engageait dans l'armée du Rhin et s'illustrait dans la défense de la ville de Mayence assiégée en 1793. Lors de la campagne d'Égypte, Napoléon Bonaparte, alors qu'il s'en va regagner la France, confiait le 22 août 1799 à Kléber le commandement suprême de l'armée d'Égypte. Kléber concluait alors avec l'amiral Anglais Smith la convention d'El Arich (24 janvier 1800) pour une évacuation honorable de l'Égypte par l'armée française.

à propos :  Auparavant : Kléber défendra Mayence, la ville libérée, contre des troupes de Prusse et de Weimar, donc contre le ministre Goethe. Donc, l'épouse de Napoléon et l'impératrice de la France, Joséphine de Beauharnais, couronna par sa main fut la veuve de l'agent d'armée français, Alexandre, Vicomte de Beauharnais ; Alexandre, fut-il écimé en 1794 parce qu'il ne put pas défendre Mayence ? La conquête de l'Égypte de Napoléon, serait-elle devenu un désastre sans le Strasbourgeois Kléber ? Car, cet homme de 15 ans plus jeune que lui-même, les déchirent de leur détresse toujours à nouveau. Comme il fut fatiguant pour les troupes, ses blessés, des patients de peste, dont Kléber se fut sentie responsable, contrairement à Napoléon. Kléber eut cru que l'Égypte dut être libérée du joug ottoman, au lieu d'eut été conquis. Sur un dessin destiné pour son monument strasbourgeois, Kléber s'en saisit à la tête, comme il voulut appeler : Que faisons-nous ici ? La symphonie célèbre de Beethoven n’a pas comme héros Napoléon, mais Kléber dans l'énorme marche de deuil, les dissonances d'assassinat, le passage victorieux d’Orient...

Le 24 décembre 1800, une « machine infernale » (bombe) l'attendait Napoléon dans la rue Saint-Nicaise. Le cocher du Premier consul passait au grand galop. La bombe explosait trop tard.  Sur place, en revanche, ce fut le carnage. On dénombra une dizaine de morts. Fouché, alors ministre de la Police, réussit à prouver que l'attentat était l'œuvre des royalistes, alors que Bonaparte fut persuadé avoir affaire aux Jacobins. L'exécution du duc d'Enghien (Louis Bergeron), prince du sang français, en serait une conséquence. Fils unique de Louis Henri II de Condé, marié à Ettenheim (Pays de Bade) avec Charlotte de Rohan, sans postérité il fut le dernier de sa maison. Il émigra avec son père en 1789 et il rejoigne l'armée des émigrés. Il s'installa ensuite à Ettenheim, dans le grand-duché de Bade; non loin de Strasbourg. Suite au complot de Cadoudal et de Pichegru, Napoléon Bonaparte, lui soupçonna de connivence suite aux conseils de Fouché. Dans la nuit du 15 au 16 mars 1804, un commandement de 3 brigades de gendarmerie et 300 dragons firent enlever le prince et le traduisit en conseil de guerre. D'Enghien fut fusillé le 21 mars au Château de Vincennes, et son corps fut jeté dans une fosse au pied du pavillon de la reine. Cette exécution sommaire indigna les cours européennes. On accusa Bonaparte de s'être ainsi débarrassé du dernier rejeton d'une illustre branche de la maison de France — susceptible de rallier le peuple, alors que les Orléans étaient discrédités par le régicide. En 1804, il se couronna à l'empereur de France par lui-même.

Jean Baptiste Kléber (photo: suivez le lien)Les succès régionaux de Napoléon : déjà en - 1801, les territoires du Rhin gauche tombèrent définitivement sans compensation à la France. Dans la paix de Lunéville, Laufenburg et la vallée de Fricktal furent mise à la république helvétienne, le Rhin fut explique comme frontière de pays, et la ville de forêt Laufenburg, située à deux côtés du courant, fut ainsi divisée. en 1803, aAvec l'occupation de Hanovre,  3 millions d'allemands changèrent leur nationalité. De les autrefois 118 villes impériales allemandes ils restèrent seulement 6 pour garantir leur meilleur contrôle. Le cloître de bénédictin à Ettenheimmünster fut fermé. Dörlinbach, avec ses restants villages de cloître * fut mise sous l'administration supérieure de Pays de Bade à Mahlberg (*)Münchweier, Ettenheimmünster, Schweighausen et Wittelbach). En 1805, le pays de Bade fut élevé au grand-duché pour sa participation à sa 3ème guerre européenne de coalisation. Dans la conséquence de la défaite de Napoléon dans la bataille de mer de Trafalgar le 21 octobre, il devait laisser tomber ses plans d'annexion de la Grande-Bretagne, menait vers le barrage continental, son blocus économique ordonné à Berlin sur le blocus de mer allé devant. Le miel des fleurs sauvages et le sucre brun américain étaient supprimés. Napoléon encourageait l'annexe de betteraves à sucre qu'ainsi faisait être plus dur et plus amère certain des petits  gâteau de tradition des épicés de l'étrangère, comme les Couques de Dinant d'Aachen. - En 1806, Françoise II (dernier empereur germanique) perdit son titre se proclama lui-même par la destruction du Saint Empire romain germanique. - En 1807, le Code Civil d'unifier une légalisation pour tous les Français. - En 1808, la redistribution des biens nobles de l'Église. Ainsi il aussi arriva à "offonis cella", le cloître le plus âgé à la rive droite du Rhin. (L'histoire de ce cloître à Schuttern (Pays de Bade) de sa fondation dans l'année 603 par le moine écossais Offo, jusqu'à la fermeture en 1806 comme la conséquence la redistribution, devenait la grande spectacle mise en scène à sa fête de 1.400ème anniversaire en juillet 2003). Déjà en 1802, le margrave (marquis) Charles II Frédéric de Bade (Karl Friedrich II von Baden), ferma l'abbaye du cloître déjà incendié Allerheiligen à Oppenau au cours de la redistribution. Il tira la possession totale à lui-même sans ayant des moyens pour sa réception. Les conséquences pour ce centre culturel  de la région : les 'pieds nus' de l'ordre mendiant des Franciscains (germanophone appela les 'Barfüsser' comme dans la ville surpeuplée de Bâle, ou à Augsbourg ou à Erfurt), ils perdirent son existence presbytérale dans les alentours villageois de son abbaye. Ils suivirent : La vente aux enchères par et une abusive pillant ; ... les témoins en pierre du bouleversement proche là aux bâtiments de fabrique également en pierre, portants par les corvées analogues...

VI: Avant que le Pays de Bade pouvait avancer  

au grand-duché en 1805, il fut la partie d'une conspiration ensemble avec le Wurtemberg et la Bavière. Pour se mettre à côté de la France et de l'Espagne dans la 3ème guerre de coalition Franco-espagnol contre l'Angle terre, la Russe, l'Autriche et la Suède. - Les résultats :

  • l'alliance du Rhin : 16 villes impériales allemandes sous le contrôle de la France avec le Code Civil 
  • l'empereur Franz II perdait sa couronne impériale
  • la 4ème guerre de Coalition contre la France, qui la Prusse ne passerait pas
  • l'affranchissement des paysans du servage le 9 octobre 1807
  • commencement des guerres de Libération contre Napoléon
  • 120.000 hommes tombaient dans le plus grande bataille en masse jusqu'à présent près de Leipzig 
  • la réorganisation de l'Europe par le congrès viennois en Autriche, la sécularisation  

La sécularisation fut aussi arrivée au plus ancien monastère à rive droite du Rhin "offonis cella" à Schuttern dans l'Ortenau. L'histoire monastère de Schuttern de sa fondation par le moine écossais l'Offo en 603 jusqu'à la fermeture en 1806 comme conséquence de la sécularisation, devenait représenté lors de la célébration de son 1400ème anniversaire en juillet 2003.

à propos :   Le continent Europe s'était souvent infecté d'un virus paranoïaque détecté d'Elias Canetti (lauréat du Prix Nobel) dans son analyse "Masse et Puissance". La liste des hommes au pouvoir d'en atteints est longue. De conquérant Charlemagne comme pionnier aux ceux qui souffraient de la Mégalomanie (folie des souverains) en Allemagne qu'en Russie au 20ème siècle. Ce petite corse se misait dans cette fille pour la France.

Avec la principauté de famille Leyen se changea l'ancien gouvernement de la fier du château badois Hohen Geroldseck (Hohengueroldseck) dans l'Ortenau au pays de Bade aux quelques encablures de Strasbourg, située à Seelbach, près de Lahr. (Ce superbe château aux pavés de porphyre fut le siège des seigneurs de Geroldseck au 13ème siècle.) De 1806 au 1819, cette principauté fut la plus petite confédération de l'alliance du Rhin. Cependant les paysans dévalisés par les désordres de la guerre, ils profitèrent eux-mêmes comme voleurs de chevaux sans méthode. Avec les brigands transfrontaliers de mauvaise réputation, comme leur commandants le Schwarze Peter ou le Schinderhannes du Hunsrück et le Français nommé Pontrang de Metz.

Suivez-moi, retour au maïs à la plaine du Rhin de l'année 2003, la monoculture de la graine velche se voit confrontée de trois événements nouveaux : la sécheresse extraordinaire, son virus (et sa lutte chimique ainsi très dagereuse pour l'homme) et son exportation vers l'élevage bovin des Vosges prés de Saint-Dié à partir de Boofzheim, par exemple, pour réagir à cette chaleur record accompagné d'un manque de pluie record.  

à propos :  Édifié entre 1882 et 1884, Le Fort d'Uxegney était un élément important de la Place d'Épinal, laquelle servait de point d'appui au système fortifié mis en place, après 1870, de Belfort à Épinal et de Toul à Verdun, par le Général Séré de Rivières . Les visiteurs pourront découvrir l'unique exemplaire en état de fonctionnement d'une tourelle à éclipse Galopin (155 mm), gigantesque mécanique de 250 tonnes datant de 1907.

L’HISTOIRE régionale du 15ème au 16ème siècle: La graine-velche s'ingère aux Retour à la première page du sujet: L’HISTOIRE régionale du 15ème au 16ème siècle: La graine-velche s'ingère aux traces linguistiques de guerre Centenaire et les Armagnacs (1) 
vers l'horrible 17ème siècle entre Strasbourg et les 'Schwowe' 
vers la page précédente: vers l'horrible 17ème siècle : Simplicissimus, dr'(D)Tüwack (le tabac), Mansfeld, les Suèdois au Pont du Rhin de Strasbourg, la seigneurie Lahr-Mahlberg dans le Pays de Bade ni les Schwowe (Schwob) mais les Badenser (le Badois)  (2)


à l'ndex - excursions           haut de page

Copyright 2001-2013 Baba Regio Rhein Ried Tous droits d'auteur réservés.